L’horreur déformée

La der­nière patente des sys­tèmes experts (d’autres appellent ça de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, mais je suis déso­lé, je refuse le terme caté­go­ri­que­ment) nous vient d’une entre­prise nom­mé My Heri­tage ; elle a conçu une série de défor­ma­tions pré-faites à appli­quer sur les pho­tos d’é­poques, afin de se faire croire que les êtres pho­to­gra­phiés s’y meuvent pour vrai. Elle appelle sa gudulle Deep Nos­tal­gia (le lien vise un article qui en parle à défaut de viser la page dédiée chez My Heri­tage, puis­qu’elle est brisée).

L’i­ro­nie du truc, c’est que le résul­tat est un peu hor­ri­fiant. Uncan­ny Val­ley d’un troi­sième type ?

Mais ça devient méta et vrai­ment inté­res­sant quand on applique le pro­ces­sus défor­mant à des pos­ters clas­siques de films d’hor­reur. L’hor­reur étant, dans la majo­ri­té, une défor­ma­tion gro­tesque de la réa­li­té, voir ses icônes défor­mées une fois de plus nous amène un niveau plus pro­fond dans l’es­pace infi­ni du ouache :

Mes deux pré­fé­rées, mais pre­nez le temps de tout regarder…

Share

Jetez-y donc un coup d'oeil!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *